• La Libération

      La Libération de Nantes 

    Le contexte : pour lutter contre le Bolchevisme, Laval collaborera en allant au-delà des attentes des Allemands. Il n'y a pas de différence entre un " Vichy de Pétain " et  un " Vichy de Laval " pour la France. Il veut préparer l'Europe de l'après-guerre dans une Allemagne victorieuse, mais il est l'homme politique le plus détesté des Français. En août 1944, les alliés sont proches de Paris, et avec Pétain, ils s'enfuient en Allemagne ...

    A nantes pendant ce temps, les Allemands, dans leur fuites, font sauter les ponts et les installations portuaires ..., les F.F.I précèdent les Américains et rentrent dans la ville de Nantes, enfin libérée. C'était le 12 août 1944, moments inoubliables.

    Le 14 janvier 1945, le Général De Gaulle fera à Nantes une ovation formidable; et n'est-ce pas à Nantes, qu'il a eu raison de le dire ? :)

     


    A Nantes, le mois d'août, marqué par la Libération, n'a pas été celui de la fin de l'occupation du département. Car jusqu'aù 12 août, les Allemands  balançeront leurs munitions, entre velléité de résistance et départ mêlée de panique, tandis que les Américains attendront aux limites nord-ouest que celà mûrisse, ... et cela mùrirat mal.

    Le soir du 12 août, les patrouilles américaines auront remplacés les patrouilles allemandes dans le centre-ville; mais les Allemands, après avoir fait sauter les ponts de la Loire, tireront au canon sur la ville depuis les quartiers sud de l'agglomération; et le 29 août, ils occuperont encore pendant 9 ?? les deux cotés de l'embouchure du fleuve.

    Je relaterai nos souvenirs de ce mois d'août en trois paragraphes : "avant le 12 août", "le 12 août", et "après le 12 août".

    Avant le 12 août

    Nous sommes en principe consignés dans la ville et en permanence à la disposition du Poste Central où nous disposions de casernements; mais notre isolement n'est que relatif, car nous n'avons jamais occupé les couchettes au rez-de-chaussée de l'Hôtel Rosmadeuc, à coté de celles de Mr Caillaud et autres dirigeants ... 

    La ville est entourée de tranchées anti-chars et de champs de mines. Nous savons qu'une division blindée allemande vient depuis le sud de la France par l'ouest du pays. Les allemands qui ont leur bases sous-marines à St-Nazaire et se ravitaillent dans le pays de Retz vont-ils chercher à maintenir une tête de pont sur la Loire à Nantes ? la perspective d'un combat pour la possession de la Ville, place la Croix-Rouge, avec son statut international en 1er rang, avec la Défense Passive. cette dernière est d'ailleurs infiltrée, surtout par les FFI; de même que les Equipes Nationales, tandis que Mr Mabit le Directeur des Equipes d'Urgences, insiste pour que celles-çi conservent leurs effectifs et leur neutralité du point de vue militaire; sans complaisance pour l'Allemand et au service de la population, et que la Défense Passive lui apporte ses moyens en hommes et en matériel.

    Cela se traduit concrètement par l'installation et l'équipement d'une quarantaine de postes de secours de la Croix-Rouge à la périphérie de l'agglomération et par l'approvisionnement de celle-ci, en lait, acheminé par les équipiers; tel Mr Hervo, Ollivier et Villeneuve, à travers les champs de mines pour être distribué à la population ... Pour reprendre contact avec la laiterie de la Chapelle S/Erdre (sans doute à la Perverie), en gagnant la Jonelière en bicyclette, j'ai franchi la voute en partie effondrée de l'arche de pierre du pont de chemin de fer ... rétabli pour le Marquis Olivier de Sesmaisons (.../...).

    Et, comme il est important de se faire respecter par l'autre partie combattante : Jacques Vincent, l'adjoint de Charles Mabit : a été chargé de prendre contact avec les Américains, (alors qu'un flottement était apparent à partir du 4 août dans la partie allemande). Nous aurons d'autres occasions de rencontrer la méfiance des Américains : et ceux-ci vont d'abord considérer Vincent comme un espion, et pendant plusieurs jours, nous ignorerons tout de son sort.

    Pour équiper les 40 postes de secours, j'avais été honoré des "réquisitions" aux magasins de la Commune de Nantes; j'ai largement puisé dans le stock des brancards contre un engagement écrit et signé de tout restituer "au plus tard". Contre un engagement semblable à la Préfecture, je me suis fait remettre des bouteilles vides de vins fins que nous destinions à contenir du mercurochrome (.../...), tandis que se succèdent avis d'alertes, attaques d'avions en piqué et bruits d'explosions, les troupes allemandes se débandent et les Américains sont à nos portes.

    Beaucoup de Nantais se retrouverons en ville, comme le feront mon beau-frère Sauteron ..., le 4 août la population se rassemble en masse au bas de la rue Paul Bellamy et du pont Morand; elle s'apprête à recevoir les Américains avec des fleurs, mais ceux-ci ne se montrent pas et le commandement Allemand reprend ses troupes en mains. J'ai noté que le 11, le secteur Centre, a envoyé des renforts aux postes de secours : aux Vesprées, Dubost et Mlle de Trégomain, au Locquidy, Mme Talopp et Mlle Réau de Varenne. 

     

    La Libération  

         

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     

     


      

     

     

    http://data0.cd.st/kia/mod_article3413199_2.jpg

    Tags Tags : ,